Teinture mère de propolis Bio

Teinture mère de propolis

le flacon de 30 ml soit 450 € le litre

Producteur
Miellerie de Baume, Marie-Pierre BOULY
Prix
13,50 €
Patientez
 

Enfin disponible

 

La propolis est une substance résineuse élaborée par les abeilles à partir de leur salive et de résine récoltée sur les bourgeons et les écorces d'arbres.  Elle contient de nombreuses substances dont les résines, des huiles essentielles et aromatiques, de la cire et du pollen. La propolis est aussi riche en vitamine A et B, en oligo-éléments et en flavonoides.

 

Les abeilles butineuses la fabriquent avec la cire d'abeille pour la construction et la réparation des alvéoles. Elles enduisent les parois intérieures de la ruche de propolis, afin de la protéger des agressions bactériennes, fongiques ou virales. Elle sert aussi à momifier les animaux intrus et morts (rats et souris par exemple) trop gros pour être évacués par les abeilles évitant ainsi leur décomposition. L’ouverture à l'entrée de la ruche, nommée le « trou d’envol », est constamment ajustée et remodelée à l’aide de propolis afin d’adapter ses dimensions et son orientation en fonction des conditions climatiques. Ce passage constitue par la même occasion une sorte de chambre de stérilisation à l’entrée de la ruche, d’où le nom propolis qui signifie, en grec ancien, « devant » (pro) la « cité » (polis). 
 

La propolis est traditionnellement utilisée pour ses propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes, antivirales, antifongiques, dans les infections bénignes, ORL (rhumes, rhinites, sinusites, toux, et les gorges sensibles: angines, laryngites) ou dermatologiques.

 

possologie : 2 à 3 gouttes par jour dans un verre d'eau ou une cuillère de miel.

 

Les propriétés antiseptiques de la propolis étaient déjà connues dans l'Egypte antique où elle servait à l'embaumement. Elle était également connue des Grecs anciens puisque Aristote la présentait, dans son Histoire des animaux, comme un « remède aux affections de la peau, plaies et suppurations ».
Au cours du premier siècle av J.-C., le célèbre savant latin Varron en fait état dans ses travaux. Le poète Vigile en parle aussi dans ses écrits. Elle faisait aussi partie de la pharmacie ambulante des soldats romains lorsque ceux-ci partaient au combat. Au tout début de notre 1er millénaire, les Romains Pline et Dioscoride entretiennent une polémique quant à son origine, le premier écrivant par ailleurs à son sujet : « Elle retire les aiguillons et ce qui est entré dans la chair, elle réduit les enflures et ramollit les durcissements de la peau. Elle diminue les douleurs nerveuses, guérit les ulcères, abcès, furoncles, souvent incurables ».
Au deuxième siècle, Gallien en fait mention dans ses traités
Les textes hébreux la nommait "tzori" et les propriétés thérapeutiques sont décrites dans l'Ancien Testament.
Elle était connue aussi par les Incas où elle était utilisée dans les infections fébriles.
Au XIe siècle, la propolis était recommandée pour cicatriser les blessures de flèches (médecin Iranien Avicenne). Les plaquettes du moyen-âge européen décrivent les préparations médicales à base de la propolis pour les traitements des maladies de la bouches et de respiration (Krell,1996).
La propolis est décrite dans des ouvrages de médecine de Géorgie à partir du 12ème siècle où elle entre dans la composition de nombreux remèdes.